VISITE DU PAPE FRANCOIS : GROGNE DES PRESTATAIRES ALIMENTAIRES

Antananarivo, 11 septembre (ANTA) : Si la visite de sa sainteté Pape François à Madagascar a laissé auprès de plusieurs entités que de bons souvenirs, ce n’est malheureusement pas le cas pour les commerçants alimentaires de Soamandrakizay. Ce fut une réussite pour tous l’ensemble des organisateurs ; que de joie et beaucoup d’espoir pour les pèlerins et l’ensemble des crétins, fierté pour les autorités, succès pour l’église catholique et les forces de l’ordre dans le maintien de l’ordre et la préservation de la sécurité. Seul ombre au tableau, la grogne des petits prestataires chargé de vendre de la nourriture à Soamandrakizay, où la messe papale s’est déroulée le 06 septembre. Rassembler pour ne faire qu’un bloc, les commerçants appelés à louer des stands de nourritures de Soamandrakizay prétendent être victimes de mauvaise organisation, Résultat, ce fût un fiasco total, de pure arnaque et une grande escroquerie pour les plus indignés étant donné leur perte enregistrer durant l’occasion.
Durant une conférence de presse tenue ce 10 septembre, via leur avocat, les petits commerçants en aliments prétendent que le résultat n’a pas été à la hauteur des promesses et garantis promis par un certain autre prestataire privé qui les a contactés.
On leur a fourni un soit disant offre bien alléchant basée sur la quasi opportunité de bénéfices puisqu’ils ne seraient que 190 prestataires pour 800.000 visiteurs, et cela durant deux jours, soit une ration de près de 4000 clients par stand, par jour.
D’un, à l’arrivée, le nombre de prestataires appelés a augmenté de 250 ; de deux, cantonnés sur une surface en terre battue, le prestataire privé affirmait selon les commerçants que le risque de levé de poussière n’est pas à craindre justifiant que, sous l’effet d’un certain produit importé de l’Inde, la poussière ne volera pas.
Arnaque ou belle parole ? Déjà, durant la veillée de samedi, la poussière a déjà envahi les lieux. Le produit magique n’a pas fait son effet. Un témoignage prétend que la poussière a envahi tous les aliments déjà préparé et sur certaines tables, on a vu une épaisseur de poussières atteignant les 3 cm de hauteur.
Toutefois, la clientèle y était présente durant ce samedi-là. Le comble n’est venu que le jour d’après, soit le dimanche, jour de la messe. Durant la messe, aucun commerce ne peut et ne doit se faire, ordre expresse des organisateurs. Dans la promesse qui leurs a été faite, ils peuvent vendre en toute liberté juste après la messe pontificale.
Deuxième comble, tout de suite après la messe, les visiteurs ont été priés de quitter les lieux laissant du coup les commerçants face à leur perte.

Laisser un commentaire