TRANSPARENCE DES ELECTIONS :
PLAFONNEMENT DES FONDS DE CAMPAGNE

Les membres du Gouvernement présents à l’Assemblée Nationale
Les membres du Gouvernement présents à l’Assemblée Nationale

Antananarivo, 14 mars (ANTA) : « Cette loi électorale est le garant de la transparence des élections », s’est exprimé le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly en expliquant les grandes lignes du projet sur ladite loi, hier après-midi lors de la deuxième réunion extraordinaire de l’Assemblée Nationale à Tsimbazaza .Les projets de loi sur les élections, les référendums, les élections présidentielles et législatives ont été présentés devant les parlementaires afin que celles-ci puissent être actualisées et suivre les normes internationales.

« L’actuelle loi n’était même pas un code électoral. Quelques lois ont juste été inscrites dans un document et nous l’avons qualifié de code. Cette fois-ci, tous les types d’élections ont été codifiés », a-t-il fait remarquer.
Par ailleurs, le plafonnement du fonds de campagne devrait être requis pour la transparence des dépenses à engager. L’objectif est la conviction des électeurs et non la corruption des électeurs sous toutes les formes.
A cet effet, dans les projets de loi présentés figurent la mise en place de l’Autorité Administrative Indépendante dans la Régulation de la Campagne Electorale à travers la Commission du Contrôle de Financement.
Le bulletin numéro deux
Durant son intervention devant les parlementaires, le chef du Gouvernement a également noté l’exigence du bulletin numéro deux lors des élections présidentielles. Ce document est requis pour assurer la transparence des candidats au cas où ils étaient déjà condamnés.
« Dans la précédente loi, on a exigé le bulletin numéro trois plutôt que le bulletin numéro deux, qui plus tard était quand même requis par la Haute Cour Constitutionnelle », a-t-il expliqué.
Grâce à cette loi, les candidats auront largement le temps de réunir les documents requis sachant que ce sera le candidat lui-même qui effectuera les procédures nécessaires pour obtenir le bulletin numéro deux et le bulletin numéro trois.
En ce qui concerne les média publics et privés, une loi les régissant pendant la propagande a été proposée au Parlement. Ils devront respecter le temps de parole de chaque candidat.