juil201713
Une vue des impétrants

Une vue des impétrants

Antananarivo, 13 juillet (ANTA) : Dans le cadre du trentième anniversaire de l’Ecole Normale Supérieure d’Antananarivo (ENS), la sortie de promotion des élèves de l’école a été effectuée à Ankatso dans l’enceinte de la cathédrale de la Faculté de Médecine ce matin.Cette cérémonie de remise de diplômes (Licence et Master) et de certificats (CAPEN) a été honorée par la présence du Président du Sénat SEM Honoré Rakotomanana, les représentants de plusieurs ministères (Ministère de l’Enseignement Supérieur et des Recherches Scientifiques, Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Administration, ministère de l’Education Nationale, ministère de la Jeunesse et des Sports. Ont été également présents, le Président de l’Université d’Antananarivo, le directeur de l’ENS, les doyens des facultés de l’université d’Antananarivo et quelques enseignants chercheurs qui ont pu faire le déplacement et enfin les représentants des plusieurs sociétés qui ont participé financièrement à la réalisation de la sortie de promotion.
Pour commencer ;  on a entonné l’hymne nationale et l’hymne de l’université, une minute de silence a été observée pour honorer la mémoire de deux enseignants qui ont disparus cette année avant la prise de parole des officiels.
Il est à noter que 644 étudiants sont concernés par cette remise de diplômes mais nombre d’entre eux n’ont pas pu y assister du fait que la plupart ont déjà rejoint le poste qui leur a été affecté.
Trois promotions dont la promotion « Filamatra » ont eu leur licence (la deuxième vague depuis le basculement au système LMD), la promotion « Apinga » en Masters et enfin la promotion « Ilo », le dernier CAPEN (suivant encore l’ancien système) pour l’histoire de l’ENS. Les assistances

Les assistances

En général, les discours des intervenants ont félicité les étudiants d’avoir atteint cet objectif après tant d’efforts à préparer leur diplôme de fin d’études. Mais ils ont été surtout incités à ne pas dédaigner les postes qui leurs sont désignés car ils travaillent pour tous les enfants de ces pays où qu’ils se trouvent.
Pour ceux qui souhaitent continuer jusqu’au doctorat, le chemin est certes difficile mais il est à noter que notre patrie manque cruellement de professeurs enseignants dans nos universités et la relève n’est actuellement pas assurée.
En outre, le représentant du MESUPRES a fait noter que ces étudiants sortant qui ont eu leur diplôme ce matin ont une mission importante : celui d’apporter la connaissance aux enfants malgaches afin de permettre un véritable développement intellectuel et par conséquent économique.
Il a ajouté : « La politique qui voulait réduire le nombre des étudiants entrant dans les universités ni la suppression des enseignements supérieurs comme les bailleurs le préconisaient un certain moment n’est pas au gout du jour ».
En effet, les universités ont été pointées du doigt comme des établissements budgétivores qui ne produisent que des fauteurs de troubles et des sans emplois. Pourtant le MESUPRES a rétorqué qu’  « il vaut mieux avoir des jeunes sans emploi et intelligent que des jeunes sans emploi et cancre ». Il a conclu qu’un mendiant ayant des diplômes dépasse de loin le mendiant qui n’a jamais été à l’école.
En bref, le plus important maintenant pour ces étudiants sortants c’est de partager les connaissances acquises pendant ces années de formation au sein de l’ENS à la majorité des élèves malgaches même ceux qui sont dans les endroits les plus inaccessibles de l’ile.