août201731
Réunion du Comité National du Recensement (CNR) sous l’égide du Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly

Réunion du Comité National du Recensement (CNR) sous l’égide du Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly

Antananarivo, 31 août (ANTA) : Comme il a été annoncé le 28 août 2017, la réunion du Comité Nationale du Recensement a eu lieu ce jour au palais de Mahazoarivo sous la houlette du Premier Ministre, Solonandrasana Mahafaly Olivier.
Devant les contraintes recensées et soulevées par les responsables de l’INSTAT dans la mise en œuvre des opérations, de surcroit appuyées par le Ministre de l’Economie et de la Planification, le Général Herilanto Raveloarison, le Chef du gouvernement malagasy a tranché que la 3ème édition de recensement sera une priorité nationale.
Après avoir exposé devant les membres du comité du faible état d’avancement des processus de dénombrement fait par le Coordonnateur National du Recensement, Razafimiarantsoa Tovonirina Théodore, les débats ont été tout de suite axés sur les raisons des retards.Jusqu’ici, compte tenu des conditions de travail mis à la disposition de l’INSTAT, en moyenne 50% du temps consacrés à l’opération de la cartographie sont déjà consommés contre 30% seulement de Zone de dénombrement réalisés sur le terrain.
Trois contraintes à lever au plus vite.
Trois aspects de contraintes ont été soulevés par les responsables de l’INSTAT expliquant le retard dans la mise en œuvre des processus de dénombrement par rapport au calendrier initial prévus lors du lancement officiel.
Il s’agit notamment des contraintes financières, matérielles et logistiques. Le RGPH étant une grande opération d’envergure nationale, sa mise en œuvre requiert la mobilisation d’énormes moyens et implique surtout une mise à disposition en temps réel de ressources financières.
Or le déblocage de ces ressources financières accuse très souvent un retard pour cause de lourdeur des procédures administratives. Ces procédures engendrent à leur tour une rupture de la trésorerie rendant précaire sa gestion au niveau de l’organe technique d’exécution de l’INSTAT qui est la Cellule Centrale d’Exécution du Recensement (CCER).
Du coup, c’est tout l’ensemble des opérations qui souffre à cause de cette rupture répétée de la trésorerie, notamment le paiement des indemnités des agents sur terrain et le paiement des frais de logistique.
Lacunes Institutionnelles dans l’opérationnalisation des comités régionaux et communaux de recensement.
Sur un tout autre registre, le retard sur l’opérationnalisation des deux comités, régionaux et communaux, censés être un appui de l’INSTAT dans le processus de dénombrement, met à mal également l’avancée des travaux.
Malgré l’accomplissement de la mise en place d’un certain nombre des Comités Régionaux de Recensement et des Comités Communaux de Recensement (CRR et CCR) au niveau d’un certain nombre de District, ces organes ne sont pas encore opérationnels pour cause de manque de présence physique des autorités Administratives (Préfets et Maires).
L’INSTAT recommande d’emblée à ce que des fermes instructions du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID) soient fait à l’endroit des maires et des préfets des localités où les CRR et CCR ont été déjà mis en place pour l’effectivité de leur implication.
Augmentation du budget, si besoin, et renforcement de la communication.
Après avoir eu connaissance des contraintes soulevées par ‘INSTAT, le Premier Ministre Solonandrasana Mahafaly Olivier recommande auprès des responsables technique du Ministère de l’Economie et du Plan de discerner sur l’éventualité d’une révision à la hausse du budget alloué au recensement « si cela peut se faire, on le fera même si c’est difficile car le recensement est une affaire de priorité nationale ».
En gros, le chef du gouvernement renvoie la balle aux techniciens de voir dans la mesure du possible auprès des partenaires la faisabilité de ces éventualités mais du côté du gouvernement, le Premier Ministre donne déjà sa garantie que le gouvernement est prêt à verser sa contribution.
Inclus dans les fonds propres du gouvernement, le traitement des agents de l’Etats pour qu’ils soient plus motivés dans leur actes ne serait-ce que le paiement des charges de déplacement.
Concept que le Premier Ministre ne conteste pas mais il fait appel avant tout pour une conscientisation des fonctionnaires à prioriser la culture de résultat avant la culture des moyens.
Le Chef du Gouvernement recommande également à ce que le MEP et l’INSTAT accorde plus de priorité à la communication pour une meilleure compréhension et une meilleure adhésion de la population sur les portées et les enjeux du recensement.
D’ores et déjà, il rassure les membres du comité national de recensement qu’à chaque intervention, dans chaque discours des chefs d’institutions et des autorités administratives, il recommande à ce que chacun touchera un mot sur le recensement.
Une autre réunion se tiendra prochainement afin de valider et adopter les résolutions retenues et proposées devant le comité national de rcensement.