PRESENTATION DU MAGAZINE TRANDRAKA 3ème EDITION.

Antananarivo, 27 juillet (ANTA) : La cérémonie de présentation du troisième numéro du magazine d’investigation « Trandraka » s’est déroulée ce 27 juillet à l’hôtel Le Louvre. Dans son troisième édition, le magazine se décline sous le nouveau thème d’actualité « Redevabilité du Parlement et des Instances utilisant les finances publiques ». Plusieurs sujets, jusqu’ici porté sur le plan de bruit de couloir ou de simple occultisme, ont été ainsi relevés au grand jour par le magazine.

La 3è édition du magazine Trandraka

Le magazine contient neufs articles traitant des sujets relevant des faits d’actualité occupant une grande place dans la société malagasy mais surtout dans le monde institutionnel relevant l’utilisation de fond public.
Portée à la une du magazine, l’utilisation d’un fond exorbitant dans la construction d’un château d’eau à Ambovombe qui, juste après l’inauguration officielle, montra une défaillance technique flagrante. Le château fut érigé au cours de la période transitoire où Reboza Julien fût ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures.
Le magazine lance dès lors une alerte quant au suivi et contrôle relatifs à cet ouvrage qui, à ce jour ne fonctionne pas encore comme prévu.
Porté également à la une de la couverture du magazine Trandraka, l’abus de pouvoir d’un député et d’un préfet dans la manière de délibérer l’allocation du Fond de Development Local (FDL) auprès des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD, ignorant allègrement les priorités et les aspirations des communes bénéficiaires sur le plan développement.
La défaillance sur la redevabilité et la retombée économique dans la gestion communale des redevances et ristournes ainsi que des frais administratifs divers dans la Région de Bongolava; la mauvaise gouvernance et la corruption dans la manière de recevoir les documents administratifs relatifs au fond de pension et indemnité d’installation au sein du Ministère des Finances Publiques. Une pratique impactant sur le délai de traitement des dossiers favorisant les corrupteurs aux autres simples usagers
Ces deux sujets relèvent, selon le magazine, d’une flagrante irrégularité et d’une corruption avérée à haut niveau ou, selon les points de vue, de bas étage.
23 journalistes issus de Toliara, de Fianarantsoa, d’Antananarivo et de Toamasina ont participé à la rédaction du Magazine Trandraka n°3 ; lesquels ont reçu à l‘issue de la cérémonie leur attestation.
Dans son discours, le Secrétaire Général du ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions (MCRI), Guy Laurent Ramanakamonjy a souligné la pertinence d’une telle initiative qu’est le financement par le SINU du projet Investigative média.
Selon le SG du MCRI, le magazine Trandraka œuvre dans la consolidation de la paix étant donné que sa portée finale est la mise en effective de l’accès à l’information, et la liberté de la presse. Il a également félicité le rendu du magazine en termes de lanceur d’alerte sur la redevabilité et la corruption.
A ce titre, le DG du BIANCO, Jean Louis Andriamifidy de témoigner que le magazine Trandraka sert au BIANCO une référence dans les investigations du bureau.