«  Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur,

ou malfaiteur, ou comme s’ingérant dans les affaires d’autrui «