mai201711

Antananarivo, 11 mai (ANTA) : Réformer l’éducation nationale, une perspective que se lance le ministère de l’Education Nationale pour améliorer la qualité de l’enseignement à Madagascar. Cette réforme fait l’objet de nombreuses préoccupations pour les malgaches et récemment les sénateurs.D’après le Plan Sectoriel de l’Education (PSE), la rentrée scolaire est prévue se tenir en mars à partir de 2020, un changement qui perturberait le cursus des élèves selon certains sénateurs. D’autres soulèvent une année blanche pour certains nouveaux bacheliers. Parmi les refontes concerne l’éducation fondamentale qui sera de 9 ans.
« Ce nouveau calendrier convient aux élèves malgaches. Les changements se feront progressivement », a soutenu, hier, le ministre de l’Education Nationale Paul Rabary lors de son passage au Sénat hier.
D’après ce ministre, ces neuf ans seront répartis en trois sous-cycles. Le premier sera consacré exclusivement à l’apprentissage de la langue malgache. Les élèves devront ainsi maitriser la langue maternelle en trois. L’apprentissage de la langue française sera au cœur du deuxième sous-cycle. L’approfondissement des connaissances impératives à savoir et l’apprentissage d’une tierce langue feront l’objet du dernier cycle. « Il est important de séparer la langue d’apprentissage et la langue à enseigner », a estimé le ministre de l’Education Nationale.
Une consultation minutieuse
De ce point de vue, les sénateurs ont suggéré la mise en place d’une mesure d’accompagnement pérenne de ce programme. Il n’est pas à écarter que le prochain régime souhaiterait effectuer des modifications.
Après plusieurs heures d’échange, les sénateurs s’engagent à appuyer le ministère à l’élaboration de ce présent programme. Le Président du Sénat a notamment mis en exergue l’importance de la tenue d’un tel échange et de la contribution des sénateurs. Ils ont la compétence nécessaire pour apprécier ce Plan Sectoriel de l’Education. Les consultations s’élargiront au niveau de la population.
Le PSE élaboré, il devra passer à l’Assemblée Nationale et être présenté devant les Conseils des ministres et du gouvernement.