NTSAY CHRISTIAN : TOLÉRANCE ZÉRO EN MATIÈRE D’INJUSTICE SOCIALE ET DE MAUVAISE GESTION


Antananarivo, 30 août 2019 (ANTA) : « Démanteler les réseaux de malfaiteurs dans un bref délai ». Dans le cadre de la réalisation des promesses faites par le Président de la République de Madagascar à l’égard du peuple Malagasy, en vue de restaurer l’apaisement et la sécurité dans le pays, et en prévision des mesures drastiques concernant les problèmes sociaux engendrés par les actes de banditisme, aux fins de la restauration de la confiance entre la population, les agents des services déconcentrés, les fonctionnaires du ministère de la Justice, et les forces de l’ordre, le Premier ministre, Ntsay Christian, a conduit une délégation gouvernementale dans les zones principalement exposées audit banditisme, et particulièrement les vols de zébus, dont Antanimeva, dans le district de Morombe, Toliara, et Ikalamavony. La visite s’est focalisée sur des échanges avec la population locale, essentiellement basés sur la concertation.
Le Premier ministre, d’avancer que l’État a mis au point de nouvelles stratégies de lutte contre l’insécurité, entre autres, l’initiative du Président de la République d’envoyer des groupements militaires sur place pour contribuer au renforcement du maintien de la sécurité. Ainsi, disait-il, l’union de toutes les forces de l’ordre prime dans la mise en place de la paix et de la sécurité, et que la restauration de la confiance mutuelle relève de la participation de tout un chacun. Le Premier ministre a affirmé que des malfaiteurs sont encore en liberté, ce qui valide l’appartenance de certains responsables territoriaux dans des réseaux de malfaiteurs, éventuellement, des éléments de la force de l’ordre, des agents des services déconcentrés et des collectivités territoriales décentralisées, ou des agents du ministère de la Justice. Eu égard à ces constatations, le Premier ministre a souligné que l’État ne tolérera plus de telles infractions, ne fera aucune exception à qui que ce soit, et procèdera cas par cas à la punition des criminels.
Lors de l’entretien de la délégation avec la population d’Antanimeva, le Premier ministre a parlé de la prévalence du vol de zébus qui demeure actuellement un calvaire dans la ville. Il s’est orienté sur un cas de litige entre les riverains et les responsables des services déconcentrés. Se référant audit litige, il a avancé que des zébus volés ont été saisis, où certaines personnes prétendent en être les propriétaires. Toujours est-il que le Premier ministre a instruit sur une prise de décision nécessitant une enquête préalable de toutes les personnes concernées par l’affaire, qui sera également suivie d’une investigation consistant à identifier les responsables administratifs ayant éventuellement participé au blanchiment de bovidés. Il a rappelé que le « Dina » de la ville d’Antanimeva jouit déjà de l’homologation de l’Etat, aussi, a-t-il lancé un appel à l’application sans aucune distinction de cette convention sociale afin de permettre la punition des malfaiteurs et de bannir les éventuelles nouvelles tentatives, et ce, pour qu’aucune situation donnée ne dégénère jamais en vindicte populaire.
A Toliara, la délégation a convoqué une réunion avec tous les responsables administratifs territoriaux, où le renforcement de la restauration de la sécurité était au centre des échanges. La rencontre a également permis à cette délégation d’instruire sur les grandes lignes de la Politique Générale de l’Etat, ainsi que sur la réalisation des directives du Président de la République, mais surtout la coordination des travaux au niveau de chaque Région, aux fins de la complémentarité de la compétence de tous les responsables.
Face à la population d’Ikalamavony, le Premier ministre a déclaré solennellement que certains agents appartenant aux forces de l’ordre coopèrent avec les malfaiteurs, ce qui explique l’existence de détention illégale d’armes. Cette triste constatation concerne tant l’Armée, la Gendarmerie, que la Police nationale, a-t-il affirmé, en rappelant que leur principale responsabilité est d’assurer la sécurité du peuple et de ses biens. Il a également souligné que la prévalence de l’insécurité est aussi causée par les actes malsains de certains responsables territoriaux, ainsi que de l’impartialité de jugement au niveau de la Justice. De plus, continuait-il, l’on a relevé que des délégués administratifs et des responsables régionaux augmentent les frais de prestation au niveau des services publics. Sur ce, il a pris exemple des prix de fiche individuelle de bovidés, qui sont parfois portés jusqu’à 50.000, voire 60.000 ariary, si le prix réel est de 25.000 ariary. En somme, le Premier ministre a souligné fermement la « tolérance zéro » en matière d’injustice sociale et de mauvaise gestion. Concernant particulièrement la gestion budgétaire, il a avancé que la corruption prédomine encore, ce qui se répercute sur la stabilité de l’économie et entrave ainsi la réalisation d’infrastructures et de projets structurants.
En ce qui concerne l’avancement de la restauration de la sécurité, le Premier ministre a manifesté son optimise en parlant des résultats palpables des stratégies de sécurisation utilisées au niveau des Régions Amoron’i Mania et Haute Matsiatra, où les forces de l’ordre sont parvenues à accéder dans les zones détenues par les « dahalo ». Le Chef du gouvernement, d’ajouter que le gouvernement s’efforce dans la dotation d’équipements, et que deux véhicules tout terrain seront mis à la disposition d’Ikalamavony. L’on prévoit également, selon ses dires, la mise en place d’un détachement spécial de sécurité.
De tout ce qui précède, le Premier ministre a promis une attention particulière sur la construction d’infrastructures comme des écoles et des hôpitaux, l’adduction d’eau potable, d’électricité dans chaque district, misant ainsi améliorer la vie sociale du peuple. Il a touché mot sur la redynamisation de la Jirama, et l’utilisation des énergies renouvelables, car « chaque citoyen Malagasy a droit au développement, et ce, où qu’il se situe », a-t-il ajouté.
Le Premier ministre a également soulevé l’importance de la coopération, un sujet avec lequel il a introduit des explications sur la décentralisation. Cette dernière consistera à doter les responsables des Régions, des districts, et des communes, de pouvoir de décision en matière budgétaire, pour leur permettre selon leurs priorités, sans devoir consulter le pouvoir central, d’acquérir directement des moyens de développement et de régler les problèmes touchant leurs Régions respectives. Cette initiative sera ainsi régie par une loi dont le projet parviendra prochainement au niveau des deux chambres du parlement, a précisé le Premier ministre.