LES EXPERTS ASSERMENTES VEULENT ROMPRE AVEC LA MÉCONNAISSANCE

Antananarivo, 14 juin (ANTA) : La Compagnie des Arbitres Rapporteurs et Experts Agrées auprès des cours et tribunaux de Madagascar (CAREA) souffle cette année ses 60 ans d’existence (1959-2019) ; un parcours qui se veut être rempli d’ « expertises », mais la réalité est moins joyeuse pour les experts malagasy; la valeur et la portée de leur travail  sont mal connues du public.

Selon une norme universelle, les experts assermentés auprès des cours et tribunaux rentrent en général en action après qu’une  réquisition du premier Président du Cour d’Appel  leur est ordonnée.

Leur travail n’est pas assimilable au travail des avocats et huissiers qui sont des auxiliaires de justice.Les experts agrées ne sont pas autorisés à porter un jugement quelconque dans leur arbitrage. Par leur rapport, les juges attendent des experts,des éclairages et des démonstrations scientifiques pouvant les orienter dans leurs jugements dans le cas où un tel ou un tel dossier requiert l’attention  d’un expert.

Les tribunaux ainsi que les justiciables attendent dès lors des experts judiciaires une compétence technique et scientifique assortie d’objectivité, d’impartialité, de l’indépendance et une coopération loyale auprès de toutes les parties prenantes..

A ce titre et eu égard à la complexité des procédures déjà existants au sein de tous les tribunaux, les experts agrées  déplorent que leur valeur et la portée de leur travail perdent de plus en plus de valeur au sein de la communauté en général.

Cette situation s’accentue de plus en plus si les experts ne trouvent une solution palliative à court terme. C’est dans ce contexte qu’ils organisent les 13 et 14 juin 2019, des journées portes ouvertes afin de corriger leur visibilité et rompre avec la méconnaissance.

Egalement, pour plus de proximité auprès des justiciables, un bureau « des experts » assermentés  est maintenant disponible, au sein de la maison de droit à Anosy, dans l’enceinte même du tribunal.

Une grande première depuis 60 ans, ces deux journées portes ouvertes  pourraient remplacer ou du moins, venir en renfort au simple carton d’usage apposé  dans les halls des tribunaux, sur lequel figure  le nom, l’adresse, les contacts ainsi que chaque domaine de compétence des experts en service.

Laisser un commentaire