avr201812
Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Marie Monique Rasoazananera a donné le coup d’envoi du colloque international sur les nanotechnologies

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Marie Monique Rasoazananera a donné le coup d’envoi du colloque international sur les nanotechnologies

Antananarivo, 11 avril (ANTA) : L’ouverture officielle du colloque international sur les nanotechnologies qui s’est déroulé ce 11 avril à l’hôtel ¨Panorama, marque la première phase de la conquête des chercheurs scientifiques malagasy sur l’étude, la fabrication et la manipulation des structures, des dispositifs et du système matériels à l’échelle moléculaire ou atomique de la nanotechnologie ; cette matière qui a une dimension et caractéristique qui vont de 1 à 100 nm.

Une vue de l’assistance

Une vue de l’assistance

Cet évènement a  essentiellement pour objectif de sensibiliser et mettre en place des compétences locales sur la micro-nanotechnologie et de développer des coopérations nationales et internationales pour initier et mettre en application des projets sur les micro-nanotechnologies.
Dans le monde, près de 300 chercheurs scientifiques travaillent déjà sur les nanotechnologies ; leurs missions, associés le progrès et la nanotechnologie. Et quand on parle de progrès, les scientifiques sont unanimes sur ‘aspect moral de son impact : « il est important de faire bon usage des résultats d’études et faire de l’application de la nanotechnologie un avantage sur la vie de tous les jours ».
D’ailleurs plusieurs domaines de la vie quotidienne font déjà partie de cette technique innovante et révolutionnaire tels que le domaine de la santé, l’énergie, l’aéronautique, le cosmétique, l’électronique et le textile.
Désormais, Madagascar, notamment les chercheurs malagasy,  ne sont plus à l’écart de ce progrès. Cela, grâce à l’initiative soutenue et indéfectible du très célèbre  et éminent, le  Pr Raoelina Andriambololona, que le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Rasoazananera Marie Monique n’a pas manqué de souligner « il a été incompris auparavant, mais grâce à sa persévérance, nous en sommes là ».
Problématiques liés aux moyens.

Des certificats ont été remis aux chercheurs malagasy

Des certificats ont été remis aux chercheurs malagasy

La conquête de la nanotechnologie par nos scientifiques locaux ne se limite pas seulement à la formation, à l’échange et aux partages d’expérience. Elle englobe également le transfert proprement dit des savoirs et des connaissances dans les applications futurs.
Prochainement, nos chercheurs scientifiques pourront développer  leurs propres produits issus de la nanotechnologie. A cet égard, la fabrication d’une batterie accumulateur d’énergie solaire fait déjà l’objet d’un développement et de conception au niveau de l’Institut National de la Science et des Techniques Nucléaires (INSTN), selon son Directeur Général, Joel Rajaobelison.
Toutefois, faute de moyens matériels et financiers suffisants, l’INSTN est encore obligé de travailler en partenariat avec les universités extérieures, notamment avec le MINATEC de Grenoble, dans certains cycles du processus de fabrication.
D’ores et déjà, selon la déclaration du ministre Rasoazananera Marie Monique, de par son département, l’Etat  s’engage dans l’appui de la mise en place d’une infrastructure spécifique et adaptée dans la manipulation de la nanotechnologie.

Laisser un commentaire