août201729

Antananarivo, 28 août (ANTA) : Le FNUAP a octroyé 50 ordinateurs desktops à la Cellule Centrale d’ Exécution du Recensement (CCER), organe d’exécution technique du RGPH3 au sein de l’INSTAT.Ce don de matériels est destiné à assurer la bonne marche de la réalisation dans les meilleurs conditions du troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitation. Cette donation est la troisième du genre en complément des 250 tablettes et 85 matériels informatiques déjà fournis en 2016.
Les partenaires bilatéraux et multilatéraux collaborent aux appuis financiers mais « il revient à l’Etat malagasy de garantir le succès des opérations » selon le Premier Ministre malagasy, Olivier Mahafaly Solonandrasana.
Justement, en termes de succès du RGPH3, la Primature organisera ce mercredi 31 août une grande réunion ministérielle au palais de Mahazoarivo afin de redynamiser le Conseil National de Recensement (CNR) qui s’est quelque peu endormi contrairement aux attentes lors de sa mise en place.
Le CNR est composé de tous les départements ministériels malagasy et coprésidé par trois ministères sectoriels clés, à savoir le Ministère de l’Economie et de la Planification (premier président), le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (deuxième président) et du Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (troisième président).
Inertie du CRR et du CCR.
Les enjeux et la portée de la réussite du RGPH n’est plus à développer. Pourtant, quelque part, le RGPH demeure incompris ou semble ignoré selon le constat des responsables centraux, notamment du MEP et de l’INSTAT, car une certaine inertie relative aux missions des Comités Régionaux du Recensement (CRR) et du Comité Communaux de Recensement (CCR) ont été constaté pendant le déroulement du processus de recensement quelque peu retardé.
A ce titre, le gouvernement a constaté que plusieurs contraintes sont liées à l’exécution des travaux de cartographie, d’où le faible taux des résultats s’élevant à 31% à presque quatre mois du début de la cartographie. Durée pourtant prévue pour toutes les opérations de cartographie.
Trois catégories de contraintes ont été notées par le MEP dans la réalisation du RGPH : contraintes administratives, contraintes techniques et contraintes financières. Les contraintes techniques et financières sont plus ou moins maitrisées, reste les contraintes administratives.
La prochaine réunion du CNR aura donc pour objet de mieux faire impliquer les autorités administratives au niveau de chaque district afin qu’ils puissent être des soutiens optimales aux agents de l’INSTAT.
La réunion prochaine du CNR aura comme principal objectif de levée de toutes les contraintes observées mais également de faire une anticipation des éventuelles contraintes qui pourront survenir durant la suite des opérations.
Le respect du calendrier nécessite plus de moyens.
Le calendrier initial dispose que le dénombrement devait se faire au début du mois de novembre prochain et prévu se dérouler au bout de 20 jours maximum. S’enchaine après la saisie et le traitement des données collectées (durée 08 mois) et parachevé par la production et la dissémination des résultats au niveau des régions et districts (durée prévue un an).
Avec le rythme actuel des choses, ce calendrier risque d’être pas honoré sauf si d’avantages d’efforts soient déployés selon Razafimiarantsoa Tovonirina Théodore, coordonnateur de la CCER.
L’INSTAT prévoit dans un premier temps de revoir à la hausse le nombre des moyens humains. En plus des 650 agents cartographes déjà sur terrain, il faudrait recruter 900 autres en plus avec les impacts budgétaire que cela implique.