LE SALAIRE MINIMUM A 200.000 ARIARY SE CONCRETISE

Antananarivo, 02 mai (ANTA) : Après entretien tripartite entre les représentants des membres du groupement des entreprises et divers entités syndicaux, tant patronnât que celui des employés avec le Président de la République Andry Rajoelina, le salaire minimum révisé à 200.000 ar promis par le Président durant son discours de bilan a été concédé.Le lendemain même après le discours des 100 jours du Président de la République à Mahamasina, une rencontre que l’on peut qualifier de dialogue public privé initié et conduit par le Président Andry s’est tenu le 30 avril même, soit le lendemain de l’évènement de Mahamasina.
Durant la rencontre, le dialogue s’est orienté sur une requête du secteur privé qui a été axé sur trois points dont l’objectif est de protéger la productivité des entreprises et des industries malagasy.
Il s’agit alors pour le secteur privé d’exonérer les salaires en dessous de 350.000 ar, de l’impôt sur le revenu, également d’accorder une certaine flexibilité dans les taux horaires mensuels pour certains types d’activités et enfin les heures supplémentaires au-delà des 20 heures accordées ne seront plus imposables ni à l’employé ni à la société.
Selon la demande du GEM, la concrétisation de cette nouvelle disposition dépend de son inscription par voie d’ordonnance de tous les conditions sus-énumérées.
L’on ignore si de telles procédures requièrent la modification de la loi des Finances déjà soumise au conseil du gouvernement et qui n’attend plus que sa légiférassions par voie d’ordonnance par le Président Andry Rajoelina étant donné que 100 millions de dollars ont été accordés par la Banque Mondiale à titre d’aide budgétaire.