LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A RECU LES PRESIDENTS DES FOKONTANY D’ANTANANARIVO : PRISE DE RESPONSABILITE ET EMERGENCE

Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a reçu les Présidents du Fokontany de la Commune Urbaine d'Antananarivo
Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a reçu les Présidents de  Fokontany de la Commune Urbaine d’Antananarivo

Antananarivo, 17 mars (ANTA) : Le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a rencontré 188 des 192 Présidents de Fokontany de la Commune urbaine d’Antananarivo, ce 17 mars 2018 au Palais d’Iavoloha.

D’emblée, le Chef de l’Etat a souligné qu’il s’agit d’une rencontre entre des personnes, voire des confrères, qui partagent une responsabilité commune, celle se servir le peuple. Puis il a abordé les articles de la Constitution portant sur les Communes, notamment l’article 152, qui met en confusion les attributions et les responsabilités des présidents des Fokontany. « Je n’accepte pas cette idée sur la place des Fokontany, il faudrait corriger cela à la base afin de définir les attributions réelles du Fokontany » a-t-il déclaré.

En tout cas, les responsabilités des Collectivités décentralisées définies par la Constitution sont, entre autres, de maintenir la paix publique, défendre la société, diriger l’administration, gérer l’aménagement du territoire et améliorer le niveau de vie. Et le Président d’ajouter : « l’Education citoyenne est une grande responsabilité, dont la propreté de proximité est la plus importante, car il y va de la santé publique, et les maladies sont fréquentes. Mettez de la discipline dans la gestion des ordures » a-t-il lancé.

Par la suite, la question de l’insécurité a été évoquée dont la mise en place des « Andrimasompokonolona », les comités de vigilance. Le Président a demandé aux Responsables des Fokontany de faire respecter la Loi, l’Etat de droit, et de mettre l’autorité de l’Etat en place dans les quartiers. Il a pris l’exemple des vols des panneaux solaires, mais personne n’a vu et personne n’en parle, or, ce sont des biens de l’Etat. « Mettez en exergue la mobilisation citoyenne pour le bien de la communauté. Il faut assumer les responsabilités, pour changer les Fokontany pour la bonne cause », a-t-il expliqué, en évoquant les jardins publics et les terrains de sport.

Les 188 sur les 192 Présidents de Fokontany de la Commune Urbaine d'Antananarivo avec le Président de la République Hery Rajaonarimampianina
Les 188 sur les 192 Présidents de Fokontany de la Commune Urbaine d’Antananarivo avec le Président de la République Hery Rajaonarimampianina au Palais d’Etat d’Iavoloha

 

Il a rappelé qu’Antananarivo est une capitale, la porte d’entrée dans le pays et que, de ce fait, il faut embellir la ville, arranger les routes, fournir de l’électricité, les lavoirs et les làlankely, et des réalisations sont effectuées jusqu’à l’aéroport d’Ivato grâce au 3P.

Par la suite, le Président de la République a donné des explications sur la Vision Fisandratana 2030, un plan de croissance et de transformation. A cet effet, il a fait remarquer que le Plan National de Développement a été un point de départ, et que la démarche tient compte de tout ce qui a été réalisé ces quatre dernières années.

L’Emergence repose sur une ambition collective, la Renaissance, qui se traduit par un changement de mentalité, pour donner force à la culture de l’émergence. Il a fait valoir que le PIB malgache était de 716 USD, en 1960, alors qu’il est aujourd’hui à 415 USD. « Je ne puis accepter cette situation de décadence causée par les crises politiques » a-t-il déclaré. Tout le processus de l’Emergence 2030 a été expliqué par le Président, par la mise en place d’infrastructures durables, pour donner force aux moteurs de croissance, dont les plus importants sont l’agriculture, l’aquaculture, la pêche, les mines, ou encore le tourisme.

A l’horizon 2030, quatre principaux Pôles de croissance de croissance seront en place dans le pays, dans la cohérence, et incluant toutes les régions. « Il nous faut conforter l’ambition collective, la stabilité politique et l’amour de la Patrie pour réussir l’Emergence », a-t-il conclu.