LA 8e RÉUNION SINO-AFRIQUE ACHÈVE HIER


Antananarivo, 28 août 2019 (ANTA) : la réunion avait pour but d’élaborer les plans établis durant l’Union International à Beijing l’année dernière pour améliorer les accords entre la Chine et l’Afrique.
Madagascar était parmi les 53 États d’Afrique qui y ont participé. Trois grands sujets de débat, œuvrant sur la communication entre la Chine et l’Afrique, ont été soulevés par les participants à savoir : bâtir un ensemble pour faire fortifier les échanges entre la Chine et l’Afrique ; accord et suivi du projet « initiative de la ceinture et de la route » pour les années 2063 de l’union africaine ou « agenda 2063 » ; recherche d’idées à partir de la communication entre la Chine et l’Afrique pour l’obtention d’avantages au sein de la mondialisation.

En récapitulant, le président chinois Xi Jinping avait proclamé durant le sommet de Beijing du Forum sur la Coopération Sino-Africaine (FCSA), à donner des fonds de 60 milliards de dollars pour le continent africain pour les trois prochaines années, avec 8 ambitions précises (8 initiatives majeures du président Xi Jinping).
Le développement de l’industrie, bâtir plusieurs projets majeurs, diminuer le coût de l’offre et de la demande, l’amélioration du domaine de la santé, etc.
Madagascar avait signé cet accord et bénéficiera des avantages. La réhabilitation de la « route des œufs » située dans la commune d’Antanetibe Mahazaza Est et la rénovation des routes Nationales figurent dans ces projets.

Le président de l’IEP ou Institut d’Étude Politique de Madagascar, Rajaona David, qui avait assisté la réunion à Beijing, avait affirmé que la Chine prouve encore ses initiatives et ses visions futuristes pour l’Afrique. Il est à noter que l’ambassadeur de Madagascar en Chine Eric Josoa aussi avait assisté à la réunion.

En ce qui concerne Madagascar, c’est l’occasion pour faire développer les relations de la Grande île avec la Chine. Les formes d’aides y sont déjà présentes telles que le monde de la formation professionnelle, à partir des bourses d’études ; le développement des infrastructures, etc.
Preuve de l’union entre la Chine et Madagascar ; l’augmentation du taux d’échange entre les deux États en 2018, et d’une somme de 980 000 dollars.