août201724

Antananarivo, 24 août (ANTA) : Les Organisations de la Société Civile malagasy (OSC) entendent bien faire un profond encrage dans tous les processus de la vie nationale, dans tous les secteurs, que ce soit privé ou public et fait de leur priorités la recherche de solution à toute forme d’embuches au développement. Telle est la vision des OSC malagasy dans sa prise d’envol qui s’est quelque peu parsemée de difficulté. Afin de mieux préparer son ascension jusqu’à un certain niveau supérieur, quelques centaines d’OSC ont organisé ce jour une journée porte ouverte intitulée « journée de la société civile » afin de partager et de mieux faire comprendre auprès du grand public les véritables rôles et missions des OSC.
Au-delà des missions d’observation, de proposition, d’interpellation et de dénonciation, les OSC exhortent les autorités de leurs permettre à intégrer plus profondément dans tous les processus de la vie nationale ; dans l’élaboration jusqu’au suivi et évaluation des actions gouvernementales.
ROHY déjà présent dans divers programmes nationaux.
Le Directeur exécutif de MSIS TATAO et Président en exercice du mouvement ROHY, Randriamoraniaina Harijaona de déclarer que « le chantier est vaste mais dans le contexte actuel des choses, on a défini comme priorités la bonne gouvernance, la redevabilté et la réussite des prochaines élections à Madagascar pour qu’il n’y aura plus une crise post-électorale »
Etant la plateforme de la société civile qui semble avoir le maximum d’adhérant à sa base, le mouvement ROHY dispose près d’une centaine d’organisations dans son actif et a su faire de sa cause une bonne ramification des idéaux de la société civile.
A juste titre, cette plate-forme a pu s’intégrer, après une longue négociation, dans divers programmes nationaux à l’instar du Projet d’Appui à la Performance du Secteur Public (PAPSP) initié et piloté par le Projet d’Appui aux Gouvernances Institutionnelles (PAGI) dans le cadre du Projet de Réforme et de l’Efficacité de l’Administration (PREA).
La signature d’une convention de partenariat entre le mouvement ROHY et le PREA concrétise et symbolise la bonne volonté de l’Etat à vouloir mettre de l’avant les préceptes fondamentaux au développement selon toujours Randriamoraniaina Harijaona.
Déjà en cours également, la participation effective de ROHY, par le biais de MSIS TATAO dans les études des impacts de l’intégration régionale de Madagascar dans le SADC. Prochainement, les récipiendaires (Société civile et Etat malagasy) feront une déclaration commune du résultat des études.
Randriamoraniaina Harijaona de féliciter le courage des autorités malagasy à montrer leur bonne volonté dans la nécessité du dialogue. « Il nous appartient de les pérenniser, mieux encore de les renforcer, de part et d’autre, tout le monde prête oreille aux offres des uns comme des autres et c’est un bon début. »
Perspectives
Prochaine étape dans la concrétisation de la vision de ROHY figure la réforme du système éducatif malagasy en y intégrant les recommandations de tous les acteurs nationaux, centraux et locaux que ROHY a préalablement collectés, et l’appropriation de la charte de la société civile auprès des OSC éparpillées dans tout Madagascar.
Après études, certains membres des OSC régionales ne comprennent pas encore leur véritable rôle concernant les attentes en tant que membre de la société civile. Une certaine confusion sur l’intérêt des membres. L’intérêt de l’organisation à laquelle ils ont adhéré semble se préciser selon un responsable de MSIS TATAO, « il convient dans un premier temps de leur inculquer le code d’éthique et de déontologie des OSC ».selon ce responsable.