mai201710
Plusieurs personnalités politiques et diplomatiques ont honoré cette journée de l’Europe

Plusieurs personnalités politiques et diplomatiques ont honoré cette journée de l’Europe

Antananarivo, 10 mai (ANTA) : Depuis 1958, Madagascar et l’Union Européenne ont entretenu une relation étroite que ce soit dans les secteurs sociaux, dans le processus de sortie de crise et dans l’aide d’urgence humanitaire. En 1963, plusieurs actions de développement ont pu être entreprises par le Gouvernement de l’époque grâce au premier Fonds Européen de Développement (FED).

Robert Schuman en 1949 par Europeana Collections

Robert Schuman en 1949 par Europeana Collections

« Nous avons soutenu vos efforts et célébré vos réussites, et sommes venus au secours des victimes des catastrophes naturelles », a affirmé l’Ambassadeur de l’Union Européenne Antonio Sanchez-Benedito, hier, à l’occasion de la Journée de l’Europe à la Résidence de l’Union Européenne à Tsarasaotra. 1,5 milliard d’Ariary ont été octroyés lors du passage du cyclone Enawo. L’Union Européenne réaffirme son engagement à déployer tous les moyens à sa disposition à soutenir Madagascar.
« De son coté, Madagascar est à l’écoute de vos attentes et réaffirme sa détermination à respecter sa part d’engagement pour que nous puissions ensemble relever les défis urgents et concrétiser les objectifs que nous nous sommes fixés », a, pour sa part, indiqué le Premier ministre Olivier Mahafaly en démontrant la qualité des relations entre les deux parties.
Le 27 avril dernier, une nouvelle étape a été franchie lors du cinquième dialogue politique d’Antsiranana. Dans le cadre du Programme Indicatif National du 11ème FED, quatre conventions de financement d’un montant total de 122 millions d’euros y ont été signées.
La déclaration Schuman
La déclaration Schuman du 9 mai 1950, est considérée comme le texte fondateur de la construction européenne. Prononcée par Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères français, dans le salon de l’Horloge du Quai d’Orsay, à Paris, cette déclaration, inspirée par Jean Monnet, premier commissaire au Plan, propose la création d’une organisation européenne chargée de mettre en commun les productions françaises et allemandes de charbon et d’acier.
«L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord des solidarités de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée. L’action entreprise doit toucher au premier chef la France et l’Allemagne.», a-t-il déclaré.
À cette époque, les quotas de charbon et d’acier que l’Allemagne est autorisée à produire sont au cœur d’affrontements diplomatiques susceptibles d’aboutir à de nouvelles sanctions de la part des Alliés.
Ce texte débouche sur la signature, le 18 avril 1951 du traité de Paris, qui fonde la Communauté européenne du charbon et de l’acier entre six États européens. « Par la mise en commun de productions de base et l’institution d’une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l’Allemagne et les pays qui y adhèreront, cette proposition réalisera les premières assises concrètes d’une Fédération européenne indispensable à la préservation de la paix. », a indiqué Robert Schuman en mettant en exergue le potentiel de cette fédération européenne.
Un procès en béatification de Robert Schuman par l’Église Catholique a été ouvert. Etant donné que le miracle est l’élément nécessaire pour sa béatification, il bénéficie du titre de « Serviteur de Dieu ».