INNOVATION TECHNIQUE ET TECHNOLOGIQUE AU SEIN DES UNIVERSITÉS.

Antananarivo, 22 juillet (ANTA) : Bientôt, les universités conduites sous la houlette de l’Université d’Antananarivo, à l’instar de celui d’Itasy et de Vakinankaratra, y compris l’Université d’Ankatso, seront autonomes quant à leur besoin en électricité et en réseau internet. En parallèle à ces innovations techniques, l’Université d’Ankatso recevra également une belle occasion en matière de transfert de technologie par la mise en place d’une usine de montage de pièce de voiture. Deux conventions en ce sens ont été signées ce 19 juillet à l’Université d’Ankatso ; deux grosses pointures de la technologie chinoise se sont vu être l’attributaire des projets.De tels projets ont été d’ores et déjà promis par le Pr Ravelomanana Mamy Raoul lors de son investiture quelques mois auparavant. Chose promise, chose due.
Dès l’année prochaine, c’est à dire au début de l’année universitaire 2019-2020, le projet dit Smart Campus Project, mené par le géant chinois l’HUWAWEI, l’Université d’Ankatso recevra sa première installation d’infrastructures en énergie renouvelable, engendrer par l’énergie solaire. Grâce à de tels projets, les universités pourront dire adieu au calvaire des arriérés sans fin à la facture de la JIRAMA, société fournisseur d’eau et d’électricité nationale malagasy.
En parallèle, la même société mènera un projet visant à fournir au campus un réseau de fourniture d’accès internet à haut débit par le biais de la technologie 5G. L’Université d’Ankatso constitue un pilot dans ce projet, car la technologie 5G n’est pas encore tout à fait vulgarisée même en Europe selon les informations délivrées durant la signature de convention de partenariat.
Une partie sera réalisée dès l’année prochaine à Ankatso et se poursuivra tout de suite aux universités d’Itasy et de Vakinankaratra. A terme, toutes les universités de Madagascar sont appelées à réaliser le même projet ; ceux compris dans la région d’Analamanga conduit sous la houlette d’Antananarivo ne servent que de modèle.
Mais le plus innovant des projets, et ce qui revendique la primauté de l’information, c’est la mise en place, dès l’année prochaine également, d’une usine de montage de pièce de voiture de marque chinoise aux environs de l’université d’Ankatso.
C’était dans les années 50-60 que de tels projets a pu être observé la dernière fois à Madagascar par le montage des voitures Citroën, les fameuses 2 chevaux, et des Renault 4 plus connus sous le nom de 4L. C’est le Collège de Tianjing, en Chine, qui mène et dirige ce phénoménal projet.
L’usine offrira également une formation en mécanique automobile à ceux qui veulent obtenir des licences professionnelles dans cette filière. Ceux qui sont intéressés pourront poursuivre ou bien approfondir leurs études en chine après leur licence.