IMMUNITE PARLEMENTAIRE REMISE EN CAUSE PAR LE MINISTRE DE LA JUSTICE.

Antananarivo, 02 mai (ANTA) : Fait inattendu sur le plan politique malagasy quand le Ministre de la Justice et garde des Sceaux, Jacques Randrianasolo a annoncé ce 30 avril son intention de porter dans un future proche, si projet d’amendement de la constitution aura finalement lieu, le projet de réviser les termes de l’immunité parlementaire malagasy.Puisque que l’immunité parlementaire relève d’une disposition constitutionnelle, le ministre, Jacques Randrianasolo de soulever après constat des faits répétitifs de ces derniers temps que, « le terme nul n’est au-dessus de la loi est souvent biaisé quand cette disposition constitutionnelle est soulevée à tort ou à raison et de manière intempestive par nos parlementaires. Il est clair que certains parlementaires usent et abusent à leur avantage cette disposition; il y donc lieu de réfléchir sérieusement à un amendement ».
Citant clairement dans ces propos à titre d’exemple le nom du sénateur Riana Andriamandavy IV, le ministre d’expliquer que soulever « l’immunité parlementaire » à chaque fois qu’un membre du parlement malagasy est mis en cause devant la justice qu’il soit pénale ou criminelle relève d’une manœuvre dilatoire.
Après conciliabule entre les magistrats et lui-même sur cette lacune évidente dans la justice malagasy, le ministre de dire que cette révision est à la fois un fruit des aspirations de la majorité des magistrats mais également un signal fort dans l’effectivité de la forme de séparation des pouvoirs à Madagascar.