juin201726
Poignée de main entre le Président de la République Hery Rajaonarimampianina et ses inivtés

Poignée de main entre le Président de la République Hery Rajaonarimampianina et ses invités au banquet d’Iavoloha

Antananarivo, 26 juin (ANTA) : Pour la 57ème célébration du retour de l’indépendance de Madagascar sous le thème « Je chéris mon pays, son émergence est mon défi », le traditionnel banquet au « Ceremony building » du palais d’Etat d’Iavoloha aux invités du Président de la République malgache Hery Rajaonarimampianina et de son épouse Voahangy Rajaonarimampianina,  a débuté à 13 h 30 ce 26 juin 2017 après le défilé effectué au stade municipale de Mahamasina quelques heures plus tôt.

Cette fois ci le nombre des invités ont été relativement les mêmes que l’année dernière soit environ 1 300 personnes. Ont honoré de leur présence le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly accompagné par les ministres de son gouvernement, les  chefs d’Institutions, Honoré Rakotomanana  (Sénat), Jean Max Rakotomamonjy (Assemblée Nationale), ) , Eric Rakotoarisoa  (HCC), le Président de la  CENI, Hery Rakotomanana,  les membres du corps diplomatique, les représentants des institutions internationales, , ainsi que d’autres personnalités politiques et religieux. Le président Norbert Lala Ratsirahonana a aussi été sur place en tant que représentant des anciens chefs d’Etat.

Il faut noter que cette année, les noms les tables ont été nommés selon les noms des districts et des communes à Madagascar.

Le développement rime avec Stabilité politique

Le couple présidentiel a invité environ 1300 personnes

Le couple présidentiel a invité environ 1300 personnes

Dans son discours, le seul de la cérémonie d’ailleurs, le Président de la République a débuté par un bref rappel historique de Madagascar. D’abord la lutte et le courage des patriotes malgaches contre la colonisation française lors des évènements du 29 mars 1947 dont la commémoration a été effectuée fin mars. Il a affirmé que le flambeau patriotique de ces compatriotes tombés pour la patrie doit continuer de bruler en chacun de nous.

On doit apprendre de l’histoire, en tirer des leçons afin de continuer de l’avant. Du fait que le passé a toujours des impacts (positifs et/ ou négatifs) sur notre présent

Il a ainsi rappelé le fait que depuis son indépendance, surtout sur le plan politique et les instabilités que ce pays a connus depuis, Madagascar n’a eu que deux alternances réellement tranquilles parmi les 13 chefs d’États (six d’entre eux ont été élus démocratiquement) qui se sont succédé. Ces faits nous interpelle qu’on doit ne pas se fourvoyer en les ignorants et tromper le peuple malgache par des fausses promesses sur bases erronées.

L'indication de la table des invités porte les noms des districts et des communes de Madagascart

L’indication de la table des invités porte les noms des districts et des communes de Madagascar

« On n’a pas réussi à établir des bases solides dans notre pays à causes des instabilités au niveau de l’Etat ». « On a su détruire et ne pas reconstruire après » a-t-il fait remarquer. Mais ce n’est pas non plus le temps des reproches à qui que se soit car nous sommes tous responsables. Cette indécision a conduit notre pays dans la pauvreté et le marasme économique. Les dirigeants ont perdu leur temps à se quereller entre eux en oubliant l’intérêt du peuple malgache par conséquent on s’est fait distancer, et de loin, par les nations qui ont su mettre en place une stabilité politique et mettre de l’avant l’intérêt de leur pays. Pourtant, ces pays étaient au même niveau, pire derrières nous, en 1960.

En effet selon les chiffres 80% de la population malgache sont dans la pauvreté, 11 millions ne bénéficient pas d’eau potable, 15% de la population seulement jouissent des services de la JIRAMA, les routes sont presque toutes en piteux états. On n’arrive pas encore autosuffisants alimentairement, on doit importer une quantité non négligeable du riz qu’on consomme pourtant aliment de base des malgaches.

Et si nous continuons à se donner des battons dans les roues, aucun développement pour Madagascar n’est à l’horizon. Il est temps d’arrêter, les reproches, les critiques pour critiquer et qui ne font pas avancer, les incitations à la violence, les provocations. En effet, des personnes trouvent dans ces pratiques des intérêts personnels, ils créent des troubles et des tensions pour vaquer tranquillement à leurs trafics et magouilles divers. Et ce jour je dis : « il suffit », « L’appauvrissement, le terrorisme, du peuple malgache doit cesser immédiatement » a réitéré le président Hery RAJAONARIMAMPIANINA d’un ton ferme.

Le Temps comme allié

Ensuite, le président de la république a répondu sur la légitimité des travaux faites dans la partie sud de Madagascar qui sera désormais le fer de lance du lancement du durable. « Ce n’est que la restauration du déséquilibre de l’histoire que le sud a toujours été victimes dans les gouvernements qui se sont succédés au pouvoir ». En effet, de par leur climat (semi désertique) les régions Atsimo Atsinanana, Atsimo Andrefana, Androy ont été depuis des années le domaine du Kere, du sous alimentation du manque d’infrastructures dans le domaine de l’éducation mais aucunes mesures tangibles n’ont jamais été prises pour l’amélioration réelle des conditions de vie des populations malagasy qui y vivent. Cela n’est pas du favoritisme car, il faut noter que la majorité des régions à Madagascar ont aussi commencé à bénéficier de la construction de nouvelles infrastructures selon les besoin de ces régions. Il a ajouté que « seulement la mise en place d’infrastructures et la création d’entreprises dans ces lieux permettent d’améliorer les conditions économiques et de vie de la population locale ».

Ces trois dernières années, bien que courtes a déjà prouvé que le temps peut être un allié et non plus un obstacle au développement « on ‘n’a plus besoin de 50 ans de plus pour parvenir à sortir Madagascar de la pauvreté » et le PND assure cette tache. Déjà par le retour de la confiance des bailleurs traditionnels en son gouvernement mais aussi l’appui de nouveaux partenaires financiers. Mais aussi l’obtention des appuis financiers lors de la réunion des investisseurs et des bailleurs faite à paris en décembre qui ont dépassé nos espérances en matière d’aides.

« Aujourd’hui je vous affirme que son gouvernement et les instances monétaires internationales sont en parfait accord malgré le dire de certains détracteurs, mais cette confiance doit aussi être accompagné par les efforts de tout un chacun afin d’atteindre le développement durable et coordonné ».

Le temps de l’entraide

Enfin, le président a conclu son discours sur une entraide, une communion du peuple malgache. « Donnons nous la main, marchons ensemble, courons ensemble » afin d’éradiquer les vindictes populaires qui sont à l’encontre de notre philosophie sur l’importance de la vie et détruit notre culture. « Ensemble instaurons une sécurité durable dans notre pays, ensemble produisons afin de concurrencer le monde, ensemble protégeons nos ressources naturelles qu’ils soient sur terre sous la mer ou sous terre ».

Les infrastructures de bases sont en marche, les constructions de aéroports, des ports, des routes et désormais ce n’est plus une question de système, de textes légaux mais de personnes engagés, prêtent à embrasser le développement. On a besoin de gens qui sont voués à l’amour de notre pays qu’est Madagascar. Dorénavant « je donne l’ordre d’arrêter et de sanctionner les personnes qui se trouvent mêlés dans des affaires anti développement ». « Que les coupables payent (des commanditaires aux simples exécutants), où qu’ils soient qui qu’ils soient a affirmé le président Hery RAJAONARIMAMPIANINA.

« Vous forces de l’ordre, juges, le peuple attend des résultats de votre part dans votre travail » vous peuple malagasy aider ces derniers dans leurs taches en les soutenant, en faisant confiance à ceux qui travaillent vraiment pour la patrie. On doit prouver qu’on est compétents dans nos taches. « Vous, hauts responsables ayez le contrôle des personnes qui sont sous vos responsabilités afin qu’ils accomplissent les taches qui leurs sont assignés dans la dignité et la transparence».

Pas de miracles sans efforts personnels

Le chanteur Samoela a donné une bonne ambiance au banquet d'Iavoloha

Le chanteur Samoela a donné une bonne ambiance au banquet d’Iavoloha

Bien que nous subissons le poids de notre histoire et le retard qu’accuse notre pays, ce n’est plus le temps de s’apitoyer sur soi même, il est temps de travailler a conclu le Président de la République. Car seul ceux qui ne font pas face aux taches qui leurs sont attribuées,  peuvent se permettre de promettre des miracles en ne faisant rien.

Le président a emboité le pas au vue du monde entier en prouvant que Madagascar est prêt à se relever et aller de l’avant, à prendre ses responsabilité et atteindre le développement. Il est de la part de chacun à présent de suivre ce chemin main dans la main en toute bonne foi afin d’atteindre l’objectif « Je chéris mon pays, son émergence est mon défi »

« Ce défi ne se repose pas sur les tâtonnements, l’expérimentation, le hasard mais un défi basé sur le travail, la volonté de chaque citoyen malgache fier et jaloux de sa patrie. Des obstacles peuvent survenir sur notre chemin, des concessions doivent être faites, mais je serai le premier à ouvrir la voie et à être le leader de tous dans l’accomplissement de notre objectif qui est de faire avancer Madagascar et le peuple malgache » a conclu le président Hery RAJAONARIMAMPIANINA pour son message à la nation lors de la cérémonie de ce jour.