FIA 2018 : LE MONDE AGRAIRE MALGACHE SOUS LES FEUX DES PROJECTEURS

Antananarivo, 06 septembre (ANTA) : La Foire Internationale de l’Agriculture, de l’Agribusiness et de l’Agroalimentaire (FIA) ouvrira ses portes du 13 au 16 septembre 2018 au Forello Expo Tanjombato.L’Agence Première Ligne en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage ambitionne de mettre en place, à travers cet événement, une plateforme d’excellence d’échange entre tous les acteurs du monde agraire d’une superficie totale de 14 000 m². On y retrouvera plus d’une quinzaine de filières soutenant le développement de l’agriculture et de l’élevage.

« Habitués à participer à des foires régionales et communales. Nous sommes ravis de participer à cette foire et attendons vivement ses retombées », a réagi le Secrétaire général du Groupe SMTP Riana Rasamimanantsoa, aujourd’hui, lors d’une conférence de presse. Pour lui, la prospection des marchés est une priorité pour l’épanouissement de l’agriculture et de l’élevage.

D’énormes enjeux

Une exposition, dénommée « Madagascar, il était une fois des produits premiums », se tiendra en parallèle à la foire dans les mêmes locaux. Comme le soutient le Président du Comité d’Organisation Michel Ramiaramanana, le savoir-faire est une chose, le faire savoir en est une autre. Les organisateurs entendent ainsi attirer l’attention des investisseurs internationaux.

Plusieurs organes de presse étrangers ont déjà confirmé leur venue, dont, entre autres, des envoyés spéciaux des chaînes de télévision occidentales, d’une agence nationale chinoise, et de la revue Jeune Afrique.

Pour sa part, le Directeur d’Appui au Secteur Privé et du Partenariat Niry Freddie Randriarimanga a estimé l’importance de la mise en connexion de l’offre et de la demande et a annoncé la tenue de plusieurs conférences les deux premiers jours. «Madagascar aspire à être autosuffisant en riz en 2020 et à devenir le Grenier alimentaire de l’Océan Indien en 2030 », s’est-elle exclamée.

Elle a, ainsi, ajouté que les jeunes et les agriculteurs sont les plus concernés. Les former et les professionnaliser permettront d’atteindre cet objectif.

Bien entendu, la liste des secteurs présents n’est pas exhaustive, mais les organisateurs rassurent que tous les aspects de l’ensemble de la chaîne opératoire seront représentatifs.

« Les enjeux sont énormes. Soyons ambitieux pour Madagascar ! Et j’espère que nous serons entendus » escompte Michel Ramiaramanana.