FÊTE DE INDÉPENDANCE : CONSCIENTISATION DE LA POPULATION POUR L’AMOUR DE LA PATRIE.

Antananarivo, 06 juin 2019 (ANTA) : A cette  veille de la célébration du 59ème anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar, l’Etat, à travers un comité d’organisation, la commission civisme, lance en grande pompe des actions portant le thème « hetsika ho an’ny fitiavan-tandrazana » (mouvement pour l’amour de la patrie).L’esprit que l’Etat voudrait partager est de conscientiser la population malagasy toute entière à raviver l’amour de la patrie.

Le mouvement est lancé officiellement ce 06 juin 2019 et durera un mois depuis le jardin d’Antaninarenina; lieu hautement symbolique pour l’indépendance de Madagascar mais également, chargé d’histoire d’avant la colonisation, sur lequel les anciens rois et reines malagasy choisirent pour y prononcer des discours ; c’était sur cette place qu’a été introniser le roi Radama II.

Egalement symbolique car il abrite la stèle de l’ancien Président de la République, à la fois premier Président de la République malagasy, sur lequel est écrit « Philibert Tsiranana,  père de l’indépendance ». Le choix de ce lieu n’est pas fortuit car dès le lendemain de la signature du protectorat imposé par la France, ce lieu a été nommé « Place Colbert ».

Cette place a reçu peu après une stèle symbolisant la puissance colonialisme montrant un statut d’un soldat français fier d’avoir conquis le territoire malagasy. Dès l’acquisition officielle de l’indépendance, le 26 juin 1960, le Président Tsiranana a démoli  ce statut colonial et y a  érigé à la place un obélisque symbolisant l’indépendance.

Au-delà du simple contexte de la Fête de l’Indépendance, l’actuel régime semble vouloir entrainer le peuple malagasy dans une idéologie nationaliste qui tend à rappeler, ou faute de mieux, instaurer la fierté de la libéralisation  du joug de la colonisation.

« …malagasy aho, tiafandrosoana, tiatanindrazana », je suis malagasy, j’aime le développement et j’aime ma patrie (ma nation), L’éloquence est de mise, reste à savoir si le peuple suit le mouvement. C’est pourtant le but du concept ; entrainer le peuple à œuvrer ensemble au développement   de Madagascar.

Quelques semaines auparavant, l’Etat, à travers le Ministère en charge  de la Communication, et de la Culture, du Ministère de la Défense Nationale et du Ministère de l’Education Nationale, a commencé à sillonner chaque lundi, les écoles publiques de la capitale afin d’inculquer auprès des élèves, les fondamentaux de l’amour de la patrie. Cette sensibilisation  a commencé par le respect du le drapeau et du l’hymne national.

Leadership et idéologie nationaliste

Les appels se répètent dans chaque discours officiel ; « la prospérité qui nous attend ne peut être opérée  par un seul homme. Elle s’acquiert ensemble, par vous et moi, aide-moi à l’atteindre », une des phrases du Président de la République,Andry Rajoelina,  relayer par les membres du gouvernement dans leur intervention.

L’idée est de soustraire dans l’esprit des malagasy le désintéressement à vouloir avancer vers l’avant à cause de la pauvreté persistante, qui a commencé quelques années seulement,   après  le retour de l’indépendance, voici 59 ans auparavant.

Le régime actuel voudrait alors instaurer auprès de chaque citoyen un raisonnement plus nationaliste et plus patriotique; abandonner la longue léthargie acquise depuis plusieurs dizaines d’années et faire naitre le chauvinisme « malagasy ».