ENJEU DU PROGRAMME D’EFFICACITE ENERGETIQUE : REDUIRE LA CONSOMMATION D’ENERGIE DE 15 à 20% à MADAGASCAR

Antananarivo, 12 Février 2019 (ANTA) : La mise en œuvre de la Nouvelle Politique de l’Energie (NPE) de Madagascar initiée en 2015 est en bonne voie. Grâce au partenariat avec la Commission de l’Océan Indien sur l’énergie, notamment avec le Business Mauritius, le Programme malagasy sur l’Efficacité Energétique pourrait avoir une chance d’aboutir prochainement. Cependant, pour réussir, elle doit nécessairement passer par la cartographie de l’efficacité énergétique de Madagascar.

Atelier de restitution des résultats de la cartographie de l’efficacité énergétique chez les gros consommateurs du secteur privé à Madagascar

Initié par le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), la cartographie de l’efficacité énergétique chez les gros consommateurs du secteur privé à Madagascara été menée par un cabinet étranger, l’Exenci.
Un atelier de restitution des résultats des études s’est déroulé ce 12 février où plusieurs acteurs direct et indirect ont été invités à y participer.
L’audit énergétique a été spécifiquement mené dans l’objectif de faire une évidence sur la consommation en énergie des grands bâtiments (hôpitaux, université, bureau administratifs, etc.) et des grandes entreprises basées à Antananarivo, Toamasina et à Antsirabe, notamment ceux qui fonctionnent 24h/24 et ceux qui sont connectés à la JIRAMA. Mieux encore, l’audit permet d’apprécier de manière scientifique la consommation en électricité des gros consommateurs à Madagascar.
Etant donné que le secteur privé intéresse essentiellement l’étude afin de créer un levier au développement, il s’avère qu’au terme de la cartographie, il existe à Madagascar 297 gros consommateurs d’énergie dont 127 dans le secteur tertiaire et commercial et 174 dans l’industrie dont l’industrie du textile occupe la première place.
Pour être qualifié de gros consommateurs, l’Exenci, représenté par son directeur, Bruno Chrétien, a choisi les entreprises et industries qui consomment en moyenne 300 MWh d’électricité en une année. Malgré cela, la consommation dite « résidentielle » demeure le premier gros consommateur d’électricité dans la grande île avec un taux de 61% de la consommation nationale.
Ces 297 gros consommateurs consomment, selon l‘étude, 315,7 GWh en une année ce qui constitue une superflue de dépense en énergie selon le consultant de l’Exenci, Bruno Chrétien, et qui nécessite une politique efficace de gestion énergétique afin de faire une économie et atteindre subsidiairement les objectifs qui en découlent.
Modèle Mauricien exportable dans l’Océan Indien.
Le Programme pour l’Efficacité Energétique (PEE) est un programme des îles de l’Océan Indien initié principalement par l’île Maurice. Le modèle Mauricien est déjà réussi ce qui a permis à cette île de faire une économie de près de 10 à 40% de gain et qui représente 36 millions d’euros par an.
L’enjeu est doublement important car il est à la fois financier mais également écologique puisque l’efficacité d’un tel programme permet de protéger l’environnement de la déforestation et de la pollution.
Si le programme marche efficacement à Madagascar, l’étude a démontré que la Grande île pourrait faire une économie de l’ordre de 5 à 6GWh d’électricité en une année, ce qui représente entre 10 à 20% de la consommation nationale, et qui génèrera près de 1,5 milliards d’Ariary de gain. Mais ce gain potentiel nécessiterait, selon toujours le résultat de l’étude, un investissement de 7 milliards d’Ariary.
Si le modèle Mauricien a pu être réalisé, c’est parce que l’Union Européenne a appuyé le programme avec un financement de l’ordre de 20 millions d’euros d’investissement afin de réussir son lancement.