CROISSANCE ECONOMIQUE DE MADAGASCAR ESTIMEE A 5% EN 2018.

Antananarivo, 01août (ANTA) Dans sa note de conjoncture économique rendue ce 31 juillet, dont les résultats ont été tirés des enquêtes statistiques entre la période 2012 à 2017, la croissance économique de Madagascar est estimée à 4.2% en 2017 et devrait atteindre les 5% en 2018.On peut lire dans le rapport que de nombreux facteurs de croissance, notamment une demande accrue de service de transport, un secteur bancaire rentable et une bonne performance des biens et services produits dans les zones franches économiques engendrant à de solides recettes d’exportation et à l’accumulation de réserves en devises de la Banque Centrale, ont contribué à cette croissance.
Spécifiquement, sur le plan sectoriel, l’importante augmentation des prix de la vanille à l’exportation, le girofle et d’autres épices ont une part de contribution conséquente dans cette bonne performance.
La bonne gouvernance y a également contribué dans le résultat positif de la croissance ; d’une part, par l’augmentation des recettes fiscales et d’autre part par la réduction des dépenses courantes et l’augmentation des dépenses en investissements.
Par ailleurs, la B.M d’observer des réserves que « même si cette croissance est importante, elle doit être inclusive pour un impact sur la réduction de la pauvreté et doit reposer sur des institutions publiques solides » a souligné Coralie Gevers, responsable des opérations de la Banque Mondiale à Madagascar.
Nécessité de l’Inclusion financière
Entre autres, dans la recommandation de la BM, l’inclusion financière est nécessaire et pourrait être une manière de répercuter les effets de la croissance sur les malagasy pauvres, notamment, la population rurale. Il a été établi en ce sens que près de 41% des malagasy, majoritairement ruraux, ne sont pas encore bancarisés. D’où, la pertinence du mobil Banking décrit comme étant un moyen et/ou un système fiable dans l’inclusion financière.
A titre de comparaison, malgré la prolifération de la téléphonie mobile dans le pays, l’accès aux services financiers par les individus et les entreprises délivrées par la banque mobile restent faible par rapport à celui d’Afrique.
Il a été souligné que les offres de services en mobil Banking pourraient entre autres faciliter l’accès des producteurs à un emprunt pour mieux développer leur activité. C’est-à-dire l’accès aux emprunts dans la modernisation, l’achat des intrants, des engrais pour que le secteur agricole soit véritablement un moteur de développement.
A ce titre, la BM a communiqué qu’un projet de financement à hauteur de 45 millions de dollars est en cours de fignolage avec l’Etat malagasy en vue de mieux favoriser cette inclusion financière via la nouvelle technologie.