juin201729
Le Président de la république malgache Hery Rajaonarimampianina invité de nos confrères de la France 24

Le Président de la république malgache Hery Rajaonarimampianina invité de nos confrères de la France 24

Antananarivo, 29 juin (ANTA): Invité dans le journal de la chaîne de télévision France 24, le Président de la République a précisé l’objet de sa visite officielle : une rencontre avec le nouveau Chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, pour le féliciter, mais surtout pour faire le point sur les relations entre les deux pays, des relations très anciennes et très fortes. Il s’agissait de se pencher sur le renforcement de la coopération entre les deux pays.Sur la présence de la France dans la Grande Île, il a relevé celle des grandes entreprises françaises, à l’exemple, actuellement, de Bouygues, Colas et Aéroport de Paris dans les travaux d’’extension de l’aéroport international d’Ivato. Le Président Rajaonarimampianina a reconnu que la France n’est certes pas le premier partenaire, mais elle est toujours bien présente à Madagascar. Les discussions qui ont eu lieu avec le Président Macron consistaient d’ailleurs à voir comment faire évoluer cette coopération. Il y a des voies traditionnelles telles que AFD, mais le plus important aussi, actuellement, c’est d’encourager les investisseurs privés français à venir à Madagascar qui est ouvert à tout le monde.
Sur la situation actuelle à Madagascar, le Président a tenu à souligner qu’il est utile de savoir de quel stade le pays est sorti pour impulser un sursaut. L’histoire indique qu’il y a eu 13 chefs d’Etat en 57 ans, dont 6 seulement ont été élus. En réponse aux impacts de ces crises sur l’économie, et le social surtout, il est nécessaire d’enclencher la vitesse supérieure et, dans cette démarche, voir les choses en perspectives. Évidemment le taux de croissance est encore faible mais il faut reconnaître que tout ne peut se faire en un seul jour. C’est le cas de l’agriculture qui demeure encore archaïque, il faut la sortir de l’approche traditionnelle, se focaliser sur l’ensemble du problème, et raisonner en termes d’amélioration de la productivité et de valeur ajoutée.
Évoquant la question de la corruption, il a souligné que c’est un grand défi. Il faut lutter contre la corruption, à tous les niveaux, mais aussi développer une approche pédagogique. Mais, au-delà de tout cela, il faut s’atteler au développement, lutter contre la pauvreté, apporter le bien-être pour la population. Le Président Rajaonarimampianina a conclu qu’au fur et à mesure de l’avancée sur la voie du développement, il est possible de réduire la corruption.