sept201726

Antananarivo, 26 septembre (ANTA) : Les relations entre Madagascar et la Chine sont au plus haut point. Cette année marque le 45ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.A l’occasion, un colloque sur les Relations sino-malagasy et l’initiative « Ceinture et Route » co-organisé par l’Ambassade de la République Populaire de Chine à Madagascar et l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM) s’est tenu ce jour à l’Hôtel Carlton Anosy.
En ce qui concerne les échanges commerciaux, le volume de commerce entre les deux pays se chiffre à 1,102 milliard USD, soit cent fois que celui du début des relations. Selon l’Ambassadeur de la Chine à Madagascar,Yang Xiaorong , la Chine est actuellement le premier partenaire, le premier exportateur et le quatrième importateur du pays.
Pour faciliter les exportations vers la Chine, le Gouvernement chinois a accordé depuis 2015 un tarif douanier zéro en faveur de 97% des produits malagasy. Toutefois, au cours de cette conférence, l’Ambassade de Chine sollicite le Gouvernement malagasy à discuter d’un arrangement douanier. Les taxes douanières malgaches sont assez élevées sachant que le commerce international est une histoire de concurrence. Avec une réforme, le commerce sera florissant.
La Chine, un allié positif et dynamique
Depuis 2016, le volume d’investissement chinois a atteint 377 millions USD et ont permis la création de 17 000 emplois locaux.
Assistances économique et technique, réalisation de plus d’une vingtaine de projets d’infrastructures, aide alimentaire d’urgence. L’on ne saurait citer toutes les réalisations de la Chine à Madagascar même dans les circonstances les plus difficiles.
Les deux pays ont su entretenir une coopération amicale mais mutuellement bénéfique. Qui n’en a pas conscience des conditions exceptionnellement favorables de Madagascar ? Chaque malgache à tous les niveaux essaie de sortir de cette pauvreté. « Madagascar est un pays plein d’espoir », a avoué l’Ambassadeur chinois qui est au pays depuis un an et demi.
Bien que le concept « gagnant-gagnant » ait été inventé par les Nations Unies, la Chine fut l’un des premiers pays à l’avoir réellement adopté. Comme le disait Napoléon Bonaparte, « la Chine est un géant qui dort, il ne faut pas la réveiller. Quand elle s’éveillera, le monde tremblera ».
A titre indicatif, 60 milliards USD ont été accordés par la Chine à l’Afrique lors du Sommet de Johannesburg en 2015.
Le secret de la Chine repose dans son rayonnement diplomatique faisant d’elle la 2ème puissance économique et le 1er rang dans plusieurs domaines. Elle est actuellement en surproduction.
Formation de l’excellence
La participation de l’Ecole Nationale de l’Administration de Madagascar (ENAM) à ce colloque n’est pas hasardeuse. La Chine entend également apporter sa contribution technique et financière à la formation de nos futurs dirigeants.
« Sans l’ENAM, il n’y aura aucun développement pour Madagascar. Et sans une bonne administration, le pays va couler », a fortement soutenu l’Ambassadeur de Madagascar en Chine Victor Sikonina non moins doyen du corps diplomatique de la Chine.
L’ENAM joue un rôle important dans la concrétisation des travaux réalisés par la Chine. La réforme administrative est un chantier fondamental pour cette école. D’autant plus que la Chine possède des réformes réussies à son tableau.
Lors de ce rendez-vous, l’ENAM en a profité pour présenter les résultats de ses recherches à l’Ambassade de Chine.
Au terme de ce colloque, l’Ambassadeur de Madagascar a soulevé une réflexion très importante en affirmant que Madagascar va devenir un centre incontournable de l’Hémisphère Sud. Ceci rejoint parfaitement l’initiative « Ceinture et Route ».