oct201702

Antananarivo, 02 octobre (ANTA) : Les rideaux sont tombés sur le CCCOI hier au palais des sports et de la culture de Mahamasina avec le sacre de deux équipes malgaches ASCUT chez les garçons et FANDREFIALA chez les filles.Les résultats ne sont une surprise avec quatre équipes de la Grande Ile engagées en finale. La logique a été respectée au vue de la domination des clubs favoris pendant les éliminatoires.
La petite surprise a été réalisée par les filles du TAMIFA qui ont réussi à battre le MB2All en demi-finale. Cependant, le Tamifa ont payé cher leur efforts en finale et ont fini par succomber aux attaques de Fandrefiala bien que cette dernière a été menée au score pendant les deux premiers quart temps. Emmené par Sarodiby Ravaoma et compagnie, Fandrefiala l’emporte au finale sur le score de 67 à 42.
Chez les garçons, l’ASCUT a assuré dans la raquette avec Fataka et Ibrahim s’est défait des gendarmes du GNBC sur le score de 63 à 61 malgré les tirs à trois points de Stevel et de Fabrice. L’ASCUT a su garder un écart de cinq paniers que le GNBC n’a jamais su combler tout au long du match en mettant en place une défense de fer.
Ce n’est que vers la fin du quatrième quart temps que les gendarmes revenaient peu à peu. L’ASCUT accusait peut être de l’épuisement du match de la veille contre les valeureux BCM de Mayotte emmenés par Daguet, un match gagné sur le fil 73 à 72 ou du traque de la victoire. L’ASCUT garde donc sa couronne au niveau de l’océan indien et les tamataviens ne vont pas manquer d’accueillir leurs joueurs en grandes pompes.
Ont été élu M.V.P (Most Valuable Player) du Tournoi du CCCOI 2017 : Valeri Olivier BOTOU (ASCUT Madagascar) chez les garçons et Nambinina Nefatriniaina (FANDREFIALA) chez les filles. MB2All ET BCM Mayotte ont terminé à la troisième place.
Quoi qu’il en soit, les phases finales de cette CCCOI 2017 ont été entachées par la peste. Les matches ont dû être joués à huit clos suite à une décision du gouvernement après le décès de l’entraineur de l’équipe de Beau Vallon (Seychelles).
Pas de bol, les spectateurs ont dû regarder les rencontres (sans doute parmi les plus beaux de ces dernières éditions) à la télé.