PRM ANDRY RAJOELINA: LA SANTE POUR TOUS

Antananarivo, 10 octobre 2019 (ANTA) : Le budget du Ministère de la Santé publique sera renforcé jusqu’en 2023 dixit le Président de la République de Madagascar, Andry RAJOELINA lors de son allocution à la 6è conférence pour la reconstitution des ressources du Fonds Mondial de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme à Lyon-France.La sensibilisation des investisseurs en est le principal objectif de la conférence pour les pays qui bénéficient du budget pour l’année 2020 jusqu’en 2023.
L’appui des épargnes internationales est nécessaire et inévitable pour Madagascar et ainsi donc, le moment est venu d’utiliser les matériels à bon escient pour exécuter les tâches, afin d’éradiquer ces maladies.
92% des cas du paludisme se trouvent en Afrique ainsi que 2/3 des cas des malades victimes du VIH/SIDA selon l’OMS.
La raison de sa progression est l’insuffisance des infrastructures comme les routes, les hôpitaux, le manque d’eau potable et d’énergies. Il faut ajouter à cela la pratique de certaines traditions et le manque de sensibilisation des malades à rejoindre les centres de santé.
Si on s’appuie sur les chiffres, Madagascar a encore un taux faible du VIH/SIDA (protégé en partie par son insularité des pays voisins), on n’échappe pas à ces maladies.
Il a été constaté dans les hôpitaux que deux lits sont pour 10.000 personnes et que des trajets de plusieurs kilomètres sont effectués par les patients avant d’arriver au centre de santé le plus proche.
Actuellement on compte 1 428 médecins dans toute l’île, 8.6% sont affectés aux 100.000 patients dans les zones urbaines tandis qu’un seul médecin pour les 35.000 malades dans les zones rurales. Ce déséquilibre devrait être réglé d’ici peu en éparpillant les médecins dans les zones reculées afin que tous les Malgaches jouissent des mêmes droits quant à l’accès à une santé équitable.
La santé est la priorité principale du PRM et en tant que Président de la République, il est dans son devoir de protéger, de prendre en charge, de prendre soin de la vie de tous les citoyens et il a affirmé que le développement durable ne sera pas mis en place sans des offres sanitaires pour tout un chacun.
Le Gouvernement octroiera à tous les citoyens malagasy des appuis sanitaires selon le souhait de tout un chacun et pour cela l’augmentation du budget du Ministère de la Santé Public jusqu’en 2023 est une décision ferme du PRM afin que tous les Malagasy puissent bénéficier des soins adéquats et de bonne qualité.
Des hôpitaux de normes internationaux seront placés dans les six provinces de Madagascar et dans tous les districts.
Le PRM fait appel à tous les partenaires à sensibiliser les parents sur l’importance de la vaccination et des techniques seront améliorés avec les partenaires internationaux contre les maladies contagieuses comme le VIH/SIDA et la tuberculose.
Exceptionnellement, des analyses appropriées (grâce à des matériels modernes) sur le dépistage de la tuberculose seront effectuées dans des hôpitaux au niveau de tous les districts. 60% des tuberculeux ont déjà effectué des analyses et suivent des continuums de soins et suivant les statistiques, 10% des enfants malagasy sont touchés par le paludisme.
Pour éradiquer la maladie, le Gouvernement élabore des techniques afin que tous les citoyens malagasy puissent effectuer des analyses.
L’insuffisance alimentaire accroît aussi la maladie dans le continent chaud africain et selon l’ONN, 42% des enfants malagasy de moins de 5 ans ne grandissent pas normalement et c’est la priorité des tâches du Gouvernement de réunir tous les partenaires internationaux pour trouver des solutions durables en Afrique d’ici le mois de décembre 2019.
L’obtention des aliments complets et nutritifs à Madagascar sera facilitée et ils seront produits localement.
Des sociétés seront construites au Nord qu’au Sud pour transformer les ananambo et les spirulines pour obtenir des aliments complets et équilibrés et qui seront distribués dans les écoles.
La santé mère-enfant est aussi à prévoir puisque 3 sur 10 enfants sont nés de mères séropositives et que les bébés sont contaminés par le VIH/SIDA.
Une telle conférence est indispensable pour une nouvelle ère, car après la première conférence de 2002, la vie de 32 000 000 de personnes a été sauvée et que d’autres le seront encore grâce à des sensibilisations et des projets bien menés.
Le PRM a remercié exceptionnellement le Président de la République française Emmanuel MACRON, pour son initiative de regrouper tous les pays concernés durant cette conférence d’envergure.

Laisser un commentaire