juil201712
Les officiels conduits par le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Nourdine Chabani (au centre)

Les officiels conduits par le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Nourdine Chabani (au centre)

Antananarivo, 12 juillet (ANTA) : La croissance économique de Madagascar est actuellement de 4,5%. C’est la plus haute depuis 2008, cependant elle est encore très faible. Injustice sociale, inefficacité de l’économie sont deux termes qui définissent notre quotidien. Il existe un réel paradoxe. « D’un côté, Madagascar a une énorme nécessité d’investissement. D’autre, règne le sous-investissement massif marqué par le chômage et le sous-emploi. Bon nombre de jeunes ne trouvent pas de travail adéquat à leur formation et se ruent dans les call-center », estime le Représentant-résidant de la Fondation Friedrich-Ebert à Madagascar Marcus Schneider.
Ce dont Madagascar a besoin, c’est une croissance inclusive par l’industrialisation aussi génératrice d’emplois. Pour le moment, Madagascar produit les besoins de l’étranger et non de sa population.
Par ailleurs, 95% des produits non-agricoles de première nécessité sur le marché sont importés. « Exploiter sans transformer c’est se contenter de miettes », a-t-il ajouté. Dans un tel système, il n’y aucune échappatoire.
Jusqu’à demain se tient à l’Hôtel Carlton Anosy la deuxième édition du Salon de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et des Initiatives pour le Développement Durable (IDD). Organisé par le Cabinet Ur-CSR Consulting et parrainé par le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, cet événement vise à promouvoir les nouvelles pratiques conformément aux Objectifs de Développement Durable (ODD).
« Chaque citoyen a son rôle à jouer dans le développement de Madagascar », a soutenu le Fondateur du Cabinet Ur-CSR Consulting Ulrichia Rabefitiavana aujourd’hui lors de la cérémonie d’ouverture. C’est une occasion de capitaliser les acquis de la première édition.
À travers les différents stands et aux dizaines de conférences au programme, chaque acteur pourra donner son avis, sa perception et son apport dans le développement durable. « Créons ensemble cette vision conjointe : environnement, industrie, secteur privé et social. Le développement durable est un investissement à long terme», s’est exclamé le Représentant adjoint de l’UNICEF à Madagascar Jean Benoît Manès.
La responsabilité sociétale des entreprises, une responsabilité partagée

Les citoyens lambda s’intéressent de plus en plus aux actions des entreprises envers la communauté

Les citoyens lambda s’intéressent de plus en plus aux actions des entreprises envers la communauté

Depuis longtemps, l’industrialisation et l’expansion d’une entreprise ont été ressenties comme néfastes pour l’environnement et la société. Conservation et exploitation ont été antonymiques. Cependant, l’heure n’est plus à cette idéologie. Les entreprises quelques soient leurs envergures ont une responsabilité envers la communauté.
La préoccupation sociale et environnementale est désormais intégrée dans chaque entreprise. Selon Ulrichia Rabefitiavana, le développement économique va de pair avec le partage des ressources.
À titre d’illustration, le Groupe Star investit chaque année un milliard d’Ariary dans la Responsabilité Sociétale. Elle collabore avec des communautés villageoises dans des axes social, environnemental, dans l’éducation et dans la santé.
Il contribue à l’amélioration des conditions de vie des familles défavorisées à travers des dotations matérielles dans divers centres sociaux, un soutien logistique pour le transport des vivres et des médicaments.
« Cette deuxième édition de ce salon est un événement de référence pour les acteurs de la Responsabilité Sociétale des Entreprises », a félicité le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Chabani Nourdine, parrain de cette rencontre. « Nous devons faire en sorte que nos activités ont des impacts positifs sur l’environnement », a-t-il exprimé.
Au terme de son allocution, le ministre Chabani Nourdine a vivement sensibilisé les entreprises à collaborer avec les communautés villageoises.
À cet effet, des programmes des renforcements de capacités des entreprises ont déjà été lancés. Une trentaine d’entreprise en ont déjà bénéficiée. Un guide sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises et les Initiatives pour le Développement Durable est prévu sortir prochainement.