sept201729
Le ministre de la Défense Nationale, le Général de Corps d’Armée Béni Xavier Rasolofonirina en présence de l’Ambassadeur de France à Madagascar Véronique Vouland-Aneini a procédé à l’inauguration du musée  consacré aux anciens combattants malgaches.

Le ministre de la Défense Nationale, le Général de Corps d’Armée Béni Xavier Rasolofonirina en présence de l’Ambassadeur de France à Madagascar Véronique Vouland-Aneini a procédé à l’inauguration du musée consacré aux anciens combattants malgaches.

Antananarivo, 29 septembre (ANTA) : Cela fait un siècle que s’est survenue  la Première Guerre Mondiale. Environ 40 000 malgaches ont été envoyés sur le champ de guerre. Parmi les survivants figurent les soldats Rakotomanga et Rakotozafy. Bien qu’ils ne furent pas des légendes, des livres d’histoire ont démontré qu’ils étaient bien des héros mais anonymes.Pour perpétuer la transmission de l’histoire aux générations futures, un musée initié par l’Association « Ny Violety » et consacré aux anciens combattants malgaches a été inauguré ce jour à l’Office Nationale Malgache des Anciens Combattants et des Victimes de Guerre (ONMAC-VG) Anosy Antananarivo.
Le Ministre de la Défense Nationale, le Général de Corps d’Armée Béni Xavier Rasolofonirina et l’Ambassadeur de France à Madagascar Véronique Vouland-Aneini ont été présents pour démontrer la solidarité franco-malgache.
Grâce au soutien de l’Attaché de Défense auprès de l’Ambassade de France le Colonel Damien de Besombes, l’Association « Ny Violety » a pu faire venir de l’étranger des reliques et des pièces authentiques des soldats malgaches qui sont désormais exposées à l’ONMAC-VG.

Des reliques et des pièces authentiques des soldats malgaches exposés au musée.

Des reliques et des pièces authentiques des soldats malgaches exposées au musée.

« Je suis sûr qu’ils sont heureux de voir qu’on célèbre leur bravoure », s’est exclamé Candy Navalon, descendante de l’artilleur Rakotozafy et Présidente de l’Association « Ny Violety ».
« Nul n’a le droit d’effacer ne serait-ce qu’une page de l’histoire. Un pays sans histoire est un pays sans âme », a soutenu le Ministre de la Défense Nationale Béni Xavier Rasolofonirina en expliquant la place de la maîtrise de l’histoire d’un pays dans le développement d’un pays. Elle permet de préparer un avenir de paix et de dissiper tout doute. Elle avait permis de réconcilier plusieurs pays jadis ennemis.
L’histoire répond également à plusieurs questions qui nous taraudent l’esprit. Où, avec quoi, avec qui allons-nous ? Qui sont nos alliés ? Quelles sont les embuches ? Son interprétation nécessite une grande ouverture d’esprit et une façon de concevoir un avenir meilleur.
Durant la célébration, les hymnes nationaux malgache et français ainsi que celle de la Deuxième Guerre Mondiale ont été chantonnées suivis du dépôt de gerbes sur la stèle commémorative.

La stèle commémorative

La stèle commémorative

Les responsables malgaches et français concernés voient grand. Ils ambitionnent d’élargir le musée en y exposant plus de pièces authentiques des guerres successives dans lesquelles des soldats malgaches ont participé.
Ny Violety

La Présidente de l’Association « Ny Violety » Candy Navalon

La Présidente de l’Association « Ny Violety » Candy Navalon

L’Association « Ny Violety » a joué un rôle prépondérant dans la réalisation de ce musée. Elle est une suite logique de l’Association « Ny Violety » France-Madagascar créée en 1950.
Huit membres volontaires, descendants de l’artilleur malgache forment cette association à but caritative. Selon sa Présidente Candy Navalon, « Ny Violety » est inspiré d’une fleur d’humilité au parfum subtile signifiant que les membres œuvrent dans la foi et dans l’amour en toute espérance.
Les parachutistes sont aujourd’hui en pleine festivité à Ivato à l’occasion de la Saint-Michel.